Dita PEPE "Autoportraits"                                                                                                              31.07 > 30.08
>> CSW Łaźnia - ul. Jaskółcza 1, 80-767 Gdańsk                                                                          Vernissage le 31 juillet à 18h


Dita Pepe est une femme aux nombreux visages. Elle est tour à tour l’épouse pleine d’assurance d’un riche entrepreneur, une jeune femme simple de la campagne avec foulard et manteau de fleurs, assise avec une grand-mère habillée de façon similaire dans une maison de retraite, ou encore une mère de famille nombreuse de gitans, ou encore une collectionneuse de porcelaine rare avec un sourire minaudier, ou alors l’une des deux femmes sportives, présentant avec assurance leurs corps musclés en maillots. Fille, petite-fille, sœur ou amie de nombreuses femmes. Mère de nombreuses enfants. Caméléon...

Malgré son nom exotique, hérité de son ancien époux italien, c’est une photographe tchèque, dont le travail a bénéficié ces dernières années d’une répercussion inattendue et de l’ acceptation quasi-totale du public. Elle a obtenu de nombreux prix de prestige, exposant dans de nombreuses galeries en République Tchèque et à l’étranger. Avec son époux Petr Hrubes, elle a apporté un nouveau souffle à la photographie de mode tchèque. Ses portraits de mise en scène sont appréciés presque par tous : les photographes traditionnels, les artistes conceptuels, les critiques et le large public.   

Dita Pepe elle-même a écrit ouvertement : „J’ai tout le temps l’impression d’être obligée de photographier, que cela peut changer des choses. J’ai tout le temps l’impression que la réalité passe en dehors de moi et que je vis dans un rêve et dans un autre corps. J’ai tout le temps l’impression de ne pas être suffisamment aimée, de ne pas être suffisamment belle et intelligente et que je devrais avoir honte de moi, voilà comment je sais être „sans colonne vertébrale“ lorsque j’ai peur. La peur m’accompagne partout et tout le temps. Je le masque parfaitement, j’y arrive bien. (,,,) La photographie, c’est pour moi une forme de communication non seulement avec soi-même, mais grâce à elle, je parle aux gens, je pose des questions, je réponds, je réagis,  je ressens des choses, je vis, je suis active. J’oriente la situation vers la direction permettant de créer la photographie. Le principal motif pour le faire est le bon sentiment que cela engendre. Pour moi, la photographie est un mode de recherche“. Ses photographies de la série Autoportraits avec femmes représentent non seulement ses expériences précédentes dans le domaine de la photographie de mise en scène et documentaire, mais surtout ses expériences et péripéties de la vie, dans lesquelles elle occupait de nombreux emplois et rôles.   

La plus ancienne partie de ce vaste cycle contient des photographies de Dita Pepe avec des femmes de divers âges, caractères et positions sociales. Elle a travaillé de façon personnelle le thème des modifications de l’identité, thème déjà traité de diverses manières par toute une pléiade de créateurs célèbres, tels que Claude Cahun, Cindy Sherman ou Yasumasa Morimura. À première vue, nous n’apercevons pas la présence de Dita Pepe dans les autoportraits, tant son apparence et  son expression changent. Grâce aux perruques, maquillage et vêtements, prêtés par les femmes photographiées, elle change radicalement pour devenir leur double, parent, amie. L’environnement authentique des salons et chambres de filles aménagés de diverses façons joue un rôle très important lors de ses métamorphoses. La présence de nombreux détails parlants apporte aux clichés un niveau sociologique et contribue à l’oscillation de la photographie de Dita Pepe entre le document et fiction. Grâce aux œuvres de Jeff Wall, Philip Lorca diCorci, Gregory Crewdson et d’autres créateurs, nous savons à l’heure actuelle qu’une telle association des conceptions de la photographie apparemment incompatibles, n’est pas du tout inhabituelle. Dita Pepe avait ou a noué avec toutes les femmes photographiées une certaine relation qu’elle tâchait d’exprimer finement dans ses clichés. Par conséquent, les photographies de Dita Pepe captent diverses femmes, mais également de nombreuses apparences d’elle-même, car elles représentent des sondes d’autoréflexion de son propre intérieur, de ses doutes, de ses relations et de ses sentiments.

Après sa série de clichés couleur sur elle, sa maman et ses proches, Dita Pepe a décidé de créer des autoportraits avec des hommes, qu’elle a présenté en tant que mémoire à l’Institut de photographie créatrice de l’Université de Silésie à Opava. Elle a de nouveau utilisé son excellent sens pour les mimiques et s’est photographiée avec divers hommes et leurs familles. À l’origine, elle voulait que les hommes choisissent eux-mêmes les positions et endroits où ils seront photographiés, mais étant donné qu’ils voulaient presque tous être photographiés dans des situations intimes dans leurs chambres, elle a préféré sa propre régie.

À première vue, il est certain qu’elle a beaucoup avancé du point de vue technique. Le traitement des Autoportraits avec femmes était bien, mais ne fascinait pas, alors que les Autoportraits avec hommes plus récents se distinguent par un travail de maître avec combinaisons des lumières de jour et artificielles et couleurs prononcées, soulignant de façon adéquate l’effet des photographies carrées, composées de manière simple, mais inventive et efficace. Elle doit ceci à Petr Hrubes, son époux (ancien copain de classe) qui maîtrise parfaitement la technique de la photographie grâce à son travail de portraitiste d’importantes personnalités et de photographe de mode. De nombreuses photographies de mode personnelles, combinant souvent des mannequins en robes exclusives et des gens habillés de façon ordinaire dans un environnement ordinaire, sont créées en tant qu’œuvre commune du couple Pepe – Hrubes.  D’ailleurs, les deux font partie, à côté de Tereza Vlckova, dont les travaux ont été présentés à Transphotographiques de Lille l’année dernière ou de Stepanka Stein – Salim Issa, son double créatif, un des plus importants représentants des jeunes photographes tchèques de plus en plus nombreux, qui effacent les frontières entre la création libre et la commande, et cherchant souvent l’inspiration dans la photographie de mode ou publicitaire.

Dans les Autoportraits avec hommes, Dita Pepe se consacre à nouveau aux questions relatives à la modification de l’identité, crée une piste d’autoréflexion ainsi qu’une image sociologique de divers archétypes de la société actuelle. Ses changements fascinent une nouvelle fois : elle est cavalière convaincante avec cravache ou femme simple au foyer avec un enfant dans les bras, copilote courageuse dans une course automobile, mariée éblouissante, pleine d’attentes, partenaire d’un artiste extravagant, danseuse, dont la position tendue cache avec succès la grossesse, mère d’une famille de campagne ou ado qui s’ennuie avec un partenaire tout aussi ennuyé dans le lit. Elle nous pose des questions provocantes. À quel point savons-nous garder l’intégrité de notre propre personnalité et à quel point nous recevons les influences des gens autour de nous? Comment nous sentirions-nous si nous nous retrouvions sans argent parmi des  sans domicile fixe ? L’épouse d’un entrepreneur friqué est-elle réellement plus heureuse qu’une mère gitane ? Quel est le rapport à la réalité ?
Les photographies de Dita Pepe sont extraverties et profondément introspectives, elles peuvent attirer l’attention d’un très large spectre de spectateurs et en même temps, elles font partie des tendances les plus actuelles de l’art contemporain. Ces œuvres font partie des meilleures œuvres de la photographie tchèque de ces dernières années.

Vladimír Birgus : Commissaire d'exposition


Dita Pepe
est née le 5. 9. 1973 à Ostrava. Après ses études au lycée, elle est partie en 1991 en Allemagne, où elle travaillait en tant que jeune fille au-pair et fréquentait dans les années 1994-95 les cours de photographie à l‘Université Carl von Ossietzky à Oldenburg. En 1998, elle étudiait à l’Institut de la photographie créative FPF à l’Université de Silésie à Opava, en 2003 elle a terminé le magistère dans cette même école, où elle enseigne en externe la photographie de portrait et de mode. Elle a exposé individuellement par exemple, à Berlin, Brême, Moscou, Opava, Prague, Bratislava, Hambourg, Cologne, Ljubljana, Bologne, etc. Elle est mariée et a deux enfants.


www.ditapepe.cz




 

 

Back