Antoine BRUY
En friche
Galeria Pionova
20.10 > 30.11.2011 - Vernissage 20.10 à 19h

ul. Olejarna 2 - Gdańsk
du lundi au vendredi de 12h à 18h & samedi de 11h à 15h





© Antoine Bruy

Le Nord-Pas-de-Calais, marqué par les deux guerres mondiales, est une région qui se situe à l’extrême nord de la France et qui se compose de deux départements, le Nord et le Pas-de-Calais et qui s’étend sur une superficie de 12 414km2. Avec plus de quatre millions d’habitants, elle est classée 2e région la plus peuplé de France après l’Ile de France. Cette région a été le berceau d’un développement industriel fondé sur l’agriculture, intensive depuis la moitié du XXe siècle et une pêche également intensive. Le charbon, la présence de canaux et une abondance de main d’oeuvre ont permis l’épanouissement d’une industrie lourde (métallurgie, carbochimie, filatures) qui ont laissé de lourdes séquelles environnementales, économiques, sociales et sanitaires. Dans les années 90, plus de la moitié des friches industrielles en France se trouvaient dans le Nord-Pas-de-Calais.

C’est dans ce contexte que j’ai entreprit de documenter par la photographie le bassin minier, gisement de charbon qui traverse les deux départements et qui se prolonge au-delà de la frontière franco-belge. C’est au XVIIIe siècle que du charbon est découvert dans le Nord et un siècle et demi plus tard dans le Pas-de-Calais. Cette découverte va bouleverser la région qui verra s’implanter de nombreuses compagnies minières venues pour exploiter le précieux gisement, s’en suit une industrialisation et une urbanisation acharnée accompagnée de plusieurs vagues d’immigration sans qui rien aurait été possible. L’exploitation du charbon et de la houille va se poursuivre jusqu’à la fin des années 80 après avoir subit un ralentissement notable dans les années 60. C’est en 1990, le 21 décembre pour être exact, qu’est extraite la dernière gaillette de charbon. En l’espace de trois siècles, 852 puits de mine auront été construits, 326 terrils se seront élevés dans le paysage, un gruyère de plus de 100 000 milles kilomètres de galeries aura été creusées et 2,4 milliards de tonnes de charbon auront été extraites.

Inspiré de photographes comme Stephen Shore, Joel Sternfeld ou Alec Soth, j’ai arpenté différentes villes du Pas-de-Calais à la rencontre de leurs habitants et à la recherche des traces qui restent de cet âge d’or. Les terrils (monts de couleur noir qui sont le produit de l’extraction minière qui sont un enjeu important concernant l’aménagement du territoire) , les chevalements (structures qui servaient à descendre et remonter les mineurs, ainsi que le minerai, via une cage d’ascenseur) et autres corons (habitations construitent pour les mineurs encore habités de nos jours) en sont les exemples les plus remarquables. Je me suis fixé comme objectif d’observer la lente et difficile reconversion qui a débuté il y a près de trente ans et les transformations du paysage qui en découlent. L’enjeu de ce travail est de parvenir a explorer les différentes facettes d’un même sujet et de l’articuler de la manière la plus cohérente qu’il soit.


http://www.antoinebruy.com/



 
 

 

Back

 

 
dy>